Bols chantants, le massage par ondes sonores

 L'origine des bols chantants reste incertaine. Ils remonteraient vraisemblablement à l'âge du bronze et auraient été introduits au Tibet par des forgerons nomades venus d'extrême orient. En Asie, ces bols sont des objets de la vie quotidienne, s'offrent comme cadeau de mariage, ou s'utilisent comme "bol à offrande".

Les bols Tibétains sont réalisés à la main à partir d'un alliage comportant 7 métaux : or, argent, mercure, cuivre, fer, étain et plomb. Cela correspondrait pour certains aux 7 centres énergétiques ayurvédiques ou aux 7 planètes du système solaire.

Quoi qu'il en soit, les sons produits par ces bols si particuliers laissent rarement indifférent. En Occident, ils ont été introduits dans les années 1960 et servent de support à des pratiques de relaxation.

En effet, si certains sons peuvent être néfastes pour la santé (bruits du trafic routier, mécanisation industrielle...) et provoquer stress et fatigue, d'autres vont aider au ressourcement et à la détente.

Comme les ronds concentriques d'un caillou jeté dans l'eau, les bols propagent leurs puissantes vibrations qui pénètrent et se répandent à travers tout le corps (composé à plus de 70% d'eau). Il en résulte un massage interne délicat de toutes les cellules.

Parallèlement, les fréquences cérébrales ralentissent progressivement grâce au "chant" relaxant émis par les bols, participant ainsi à un relâchement total.

Déroulement d'une séance :

Les bols sont posés directement sur le receveur et sont tour à tour frappés par courtes séquences rythmiques ou frottés pour chanter. Ainsi, ils se répondent mutuellement et entrent en résonance. Les vaguelettes des sons pénètrent profondément et viennent déloger progressivement les tensions, réharmoniser la personne. La séance débute en étant allongé sur le ventre et se poursuit sur le dos. L'association d'une séance de Shindou avec le chant des bols est particulièrement efficace pour une relaxation intense et très agréable.

Technique déconseillée aux femmes enceintes

 

En tournant lentement une mailloche sur le bord extérieur d’un bol tibétain rempli d’eau, on génère des vibrations dans le bol qui se met à émettre des sons harmonieux. Passé une certaine fréquence, la surface de l’eau s’agite et se brise en gouttes. © Denis Terwagne, John W. M. Bush/YouTube

La fréquence d’excitation de l’eau est ici f = 188 Hz et la lettre gamma est une mesure de l’intensité de la vibration sonore faisant vibrer les parois du bol tibétain. La vidéo montre ici le phénomène au ralenti. © Denis Terwagne, John W. M. Bush/YouTube